Communiqué de presse – Traversée de Paris janvier 2018

Organisée par l’Association « Vincennes en Anciennes » *, la Traversée de Paris, est le rendez-vous incontournable des amoureux et passionnés de véhicules anciens. Deux fois par an (au début de l’année et à l’approche des vacances), cet événement réunit plus de 700 véhicules de collection (voitures, motos, bus, utilitaires légers et même tracteurs) de plus de 30 ans d’âge.

Le plus grand rassemblement d’anciennes de la capitale

Depuis quelques années, toujours soucieuse de mettre en valeur le patrimoine roulant, « Vincennes en Anciennes » détermine un thème pour chacune de ses traversées.

En janvier prochain, elle mettra à l’honneur les marques, françaises ou étrangères, de voitures et de motos disparues. Des noms qui ont marqué l’histoire de la locomotion et qui, aujourd’hui, sont empreints de nostalgie : AJS, Alvis, American LaFrance, Amilcar, De Dion Bouton, Delage, Delahaye, Dollar, Facel Vega, Gnome et Rhone, Motobécane, Pontiac, Rosengart, Simca, Studebaker, Terrot, Turcat-Mery, Le Zèbre, Zundapp….

Certaines incarnent l’élégance et le luxe, d’autres le progrès technique ou encore la démocratisation de l’automobile.
Quel que soit leur pays d’origine ou les époques, les raisons pour lesquelles ces marques n’ont pas survécu sont multiples : rupture entre les fondateurs, conflits mondiaux, crise économique, faillite de l’entreprise, absence d’acier suite aux guerres, véhicule inadapté au monde qui l’entoure, choc pétrolier, remaniement au sein des constructeurs, échec commercial…

Comme par miracle, certains modèles ont traversé le temps, bichonnés par leurs propriétaires, ultime témoignage d’une époque révolue. D’autres sont réapparues au XXIe siècle : Alpine, Bugatti, Matra en sont de beaux exemples.

Parmi tous les véhicules présents à la Traversée de Paris, on pourra notamment admirer quelques Panhard, Facel Vega, Hotchkiss, Jeep Willys… pour les vélos : Verdin, Vaury, Fongers, Dobro, Clediabert, Simoun.

Des marques de petits constructeurs régionaux ou d’artisans et un vélo Onésime Boucheron du nom d’un champion sur piste de la fin des années 1920 qui, probablement, vendait des vélos à son nom au moment d’arrêter la compétition en 1936.

> CONTACT PRESSE <